NORD, RETOUR À L'ACHAT POUR SOI

En normandie, le secteur de la promotion immobilière neuve voit les acquéreurs en nom propre revenir en force sur le marché.

Le marché reprendra en volume avec le retour de la confiance chez les futurs acquéreurs.

© Droits réservés
© Droits réservés

Gérée par deux associés, Jean-Paul Rivière et moi même, Cap Horn Promotion est une société qui existe depuis six ans et intervient principalement sur le marché rouennais, avec un développement en cours vers le secteur du Havre. Nous sommes une réelle entreprise de proximité qui représente aujourd'hui 15 % du marché local de la promotion immobilière à Rouen, secteur qui voit chaque année environ six cents logements sortir de terre, six cent-seize très exactement en 2012. Avec une baisse de 45 % de la promotion neuve à Rouen l'année dernière, il est indéniable que le marché à été un peu plus difficile ces derniers mois. Si nous, promoteurs, nous sommes adaptés à la conjoncture en développant un peu moins de projets, les conséquences sont plus importantes pour les constructeurs. En effet, un appartement, c'est deux emplois assurés pendant dix-huit mois. Avec cinq cents appartements en moins, nous avons donc perdu l'équivalent de mille emplois dans le bâtiment en 2012. Il est également important de noter que si l'on assiste à une stabilité apparente des prix, avec une moyenne de 3 200 euros/m², les biens qui se vendent aujourd'hui sont ceux d'entrée de gamme et, à l'opposé de la chaîne, ceux haut de gamme. Et si, en 2011, 77 % des appartements que nous vendions l'étaient à des investisseurs, aujourd'hui, la répartition est à parts égales entre ces derniers et les acquéreurs en nom propre. Dans le sens de cette évolution, nous développons de plus en plus de biens individuels. C'est le cas pour les opérations de maisons groupées que nous commercialisons actuellement à Roncherolles-sur-le-Vivier, à quinze minutes de Rouen.
Les Jardins du Vivier proposent ainsi des maisons clés en main disposant toutes d'une terrasse et d'un petit terrain. Une maison de quatre pièces de 88 m² se négocie à partir de 239 000 euros et un bien de six pièces de 129 m² est estimé, en prix d'appel, à 299 000 euros. À l'image de la résidence Surena à Sotteville-lès-Rouen, nous travaillons également à proposer des biens collectifs de qualité. Ainsi, trente-deux appartements du deux aux quatre pièces seront livrés au cours du troisième trimestre. Aux normes BBC, le projet, en zone Anru, est en TVA réduite à 7 % dans le cadre d'un premier achat en résidence principale. Les tarifs s'y affichent en moyenne de 200 000 à 250 000 euros.

Christophe DemouilliezLogo Cap Horn Promotion
Logo Fédération des promoteurs immobilier
Directeur général de Cap Horn Promotion
www.caphornpromotion.fr
Président de la Fédération des promoteurs immobilier Normandie
www.fpifrance.fr

Scot de Lille, l'accession a le vent en poupe.

Dans un contexte de récession dans l'immobilier en générale et le logement neuf en particulier, la région lilloise fait de la résistance. Selon les derniers chiffres de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), si les réservations nettes en habitat collectif ont baissé de 36 % entre janvier et septembre 2012 par rapport à la même période en 2011, celles des logements individuels groupés ont progressé, elles, de 29 %. Malgré le retrait des investisseurs (-57 % durant cette période), traditionnellement très présents sur ce marché, les ventes en accession ont permis de maintenir l'activité, avec une progression de 73 % au cours du troisième trimestre 2012 et de 22 % sur toute l'année 2012. Il faut dire qu'aujourd'hui, loin de son image d'épinal de métropole industrielle vieillissante, Lille agglomération affiche un dynamisme économique et culturel sans précédent et concentre à elle seule quelque 90 % de la production de logements neufs de la région Nord-Pas-de-Calais. De nombreux programmes sont ainsi en cours intra-muros et en proche périphérie : Lomme, Haubourdin, Mons-en-Baroeul, Marcq-en-Baroeul, Croix, Wattignies... De plus, grand nombre d'entre eux sont proposés en TVA réduite pour faciliter l'accès à la propriété des ménages, même modestes. à titre d'exemple, le prix moyen dans le neuf est de 3 277 euros/m² dans la métropole lilloise, et peut enrégistrer une décote de 10 à 15 % environ en TVA réduite. De quoi inciter les futurs acquéreurs à franchir le pas dans une région où les prix du neufs concurrencent fortement ceux de l'ancien...

Posté le 20/01/2012