SUD OUEST, LA CUB ALLIE LOGEMENTS ET TRANSPORTS

AUTOUR DES NOUVELLES LIGNES DE TRANSPORTS PUBLICS, L'OPÉRATION « 50 000 LOGEMENTS » VISE UNE NOUVELLE TYPOLOGIE D'HABITAT ACCESSIBLE ET DE QUALITÉ.

Suite à un appel à candidature, deux cents équipes d'architectes et soixante maîtres d'ouvrage basés dans la région bordelaise ont répondu à la consultation sur l'aménagement des dix-huit premiers îlots témoins de l'opération « 50 000 logements nouveaux autour des axes de transports collectifs ». La sélection des candidats devait intervenir le 21 février dernier, pour un dépôt du permis de construire attendu en fin d'année 2013. Lancée en 2010 sous l'égide de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), cette opération vise à redéfinir l'aménagement urbain le long des axes des transports collectifs, notamment du tramway.
Ce projet a une forte ambition durable et sociale. En effet, la politique en matière d'aménagement de ces dernières années n'avait pas permis aux Bordelais d'avoir des logements accessibles économiquement à distance raisonnable de leur emploi. Christine Bost, vice-présidente de la CUB, est bien consciente de cette problématique et veut y remédier : « Il faut produire plus de logements de qualité de surfaces acceptables à des prix supportables ».
Objectif : deux mille logements par an répartis sur douze communes, dont Bordeaux, Blanquefort, Bègles, Eysines, Mérignac, Pessac ou Le Bouscat. Les conséquences négatives en matière de services publics et de production de gaz à effet de serre ne seront plus qu'un vague souvenir. Selon Christine Bost, l'opération « 50 000 logements » sera répartie en trois catégories - locatif social, accession abordable et accession libre -, avec un prix de commercialisation d'environ 2 500 euros/m² adapté aux revenus des habitants. Un défi difficile tant l'empilement des normes tend à gonfler les tarifs.

MARINADOUR VOIT LE JOUR

© Kaufman et Broad
© Kaufman et Broad

Bayonne entre dans une nouvelle ère avec Marinadour de Kaufman & Broad, qui sera réalisé à l'entrée du centre-ville sur un terrain de 39 000 m², au pied du pont Henry-Grenet et avec vue imprenable sur l'Adour. Réparti sur deux îlots, ce véritable programme de mixité sociale et économique proposera près de quatre cents logements, dont cent cinquante sociaux, avec 6 180 m² de surfaces commerciales et de services. Une résidence senior et un hôtel 4 étoiles de cent chambres verront le jour dans cet aménagement d'entrée d'agglomération, signé par l'architecte José-Luis Mateo et le paysagiste Michel Desvignes. Les travaux de dépollution ont déjà commencé sur le site avant les travaux de fondations prévus début mars, pour des livraisons annoncées en avril 2014 pour la partie commerciale et au troisième semestre 2014 pour les logements.

LABARTHE CÔTÉ JARDINS

Dans la vallée de la Lèze, à proximité de Portet-sur-Garonne, de l'Ariège et des bassins d'emploi de Muret, dont elle est limitrophe, la commune de Labarthe-sur-Lèze s'agrandit avec Les Jardins de l'Atalante, programme situé au lieu-dit Pounchou au coeur du centre-ville. Il s'agit d'une nouvelle réalisation BBC de cent trente cinq logements, répartis en trente-trois maisons individuelles de quatre à six pièces, avec jardin privatif, et cinq petites résidences de dix à douze appartements, du studio au quatre pièces avec terrasse ou jardin privatif. Ces derniers sont commercialisés à partir de 79 900, 122 000, 149 000 et 165 900 euros selon leur taille (199 900 euros pour une maison de quatre pièces et 229 900 euros pour une six pièces), pour une livraison prévue en octobre 2014.

LE NEUF BAYONNAIS SE MAINTIENT

© Fotolia
© Fotolia

L'enquête réalisée en 2012 par l'Observatoire de l'immobilier du sud-ouest (OISO) sur l'aire urbaine de Bayonne (233 000 habitants dans quarante communes) a livré ses premières conclusions. Point positif, les mises en vente sont en progression de 11 %, passant de 1 708 logements en 2011 à 1 894 en 2012. De même, on assiste pour la première fois à un nombre plus important de ventes aux occupants qu'aux investisseurs, les premiers représentant 55 % des cessions. Le nombre de logements achevés se stabilise à 5 %, tandis que le prix de vente est resté le même qu'en 2010 et en 2011, avec un coût moyen de 3 470 euros TTC/m² de surface habitable (hors parking). Néanmoins, dans un contexte des plus moroses dans le secteur du neuf, la prudence des promoteurs s'est manifestée par le nombre de logements retirés de la vente, passant de 131 à 264 en un an.

Posté le 20/01/2012