Immobilier neuf : les prix du neuf baissent enfin !

immobilier neuf baisse des prix

les premiers signes d’une baisse des prix de l’immobilier neuf


Depuis plusieurs mois, les prix des logements anciens baissent alors que ceux de l’immobilier neuf résistent. Malgré un secteur de la construction fragilisé par la crise, les professionnels s’accordaient à dire que les prix du neuf n’étaient pas près de baisser. Et pourtant, le dernier baromètre des prix publié par trouver-un-logement-neuf.com montre une chute des prix du neuf : une nouvelle inespérée pour les acheteurs et qui pourrait peut-être présager le début d’une tendance à la baisse.

 

Lancé en septembre 2012, le baromètre des prix publié par le site trouver-un-logement-neuf.com référence les données de prix de plus de 3 800 programmes immobiliers neufs répartis sur toute la France. Ce panorama montre pour la première fois depuis des mois une baisse des prix pour les trois pièces (le type de logement le plus recherché par les acheteurs).

 

Amorçage d’une baisse dans 7 des 10 plus grandes villes

 

Par rapport au mois de février, on constate une baisse ou une stabilisation des prix du trois pièces, logement de référence, dans la plupart des grandes villes de France :

 

  • Nice : -2,58%
  • Lyon : -0,73%
  • Bordeaux : -0,80%
  • Nantes : -0,85% (et -4,12% en 6 mois)
  • Marseille : -0,44% (et -5% pour les deux pièces)
  • Lille : +0,46% (stable depuis 6 mois)
  • Toulouse : -10,26% (un baisse particulièrement conséquente expliquée par un nombre important de programmes immobiliers neufs dans la région qui entrent ainsi en concurrence).

 

Trois exceptions : Paris, Strasbourg, Montpellier 

 

Malgré une tendance générale à la baisse sur l’ensemble du territoire, trois villes restent encore à l’écart de ce phénomène, avec des marchés très atypiques :

 

  • Paris : avec une hausse de +2,46% en un mois, l’immobilier neuf parisien ne semble pas amorcer une baisse des prix. Une situation justifiée par le faible taux de constructions neuves dans la capitale et un foncier très rare : les nouveaux programmes immobiliers étant peu nombreux, le prix des logements neufs ne devrait pas baisser pour l’instant.
  • Strasbourg : alors qu’en 6 mois, la hausse moyenne des logements neufs de la capitale alsacienne n’a été que de +0,47%, les prix ont augmenté d’1,89% en un mois, à l’inverse de la tendance des autres grandes villes.
  • Montpellier : après une baisse de -0,42% en 6 mois, les prix du neuf se stabilisent, avec un prix moyen de 236 000€.

 

Pas d’explosion d’une bulle immobilière

 

Même si un amorçage de la baisse des prix du neuf est une bonne nouvelle pour ceux qui cherchent à acheter un logement, on est encore bien loin de l’explosion de la bulle immobilière qui a eu lieu en Espagne ou aux Etats-Unis. D’après la Fédération Française du Bâtiment, si les prix du neuf vont effectivement diminuer de manière importante au cours des prochains mois, cette baisse restera limitée. Jusque là, les prix du neuf ont résisté, malgré un secteur de la construction fragilisé, un recul des ventes et une baisse des mises en chantier. Les promoteurs et vendeurs ne sont pas encore disposés à « brader » les logements neufs et préfèrent attendre un peu pour trouver des acheteurs. Par ailleurs, la pénurie de logements (500 000 par an environ) empêchera l’explosion de la bulle immobilière.

 

Alors, cette baisse des prix du neuf est-elle temporaire ou marque-t-elle une tendance de fond ? Il est malheureusement encore trop tôt pour le savoir… Les prochains chiffres du logement neuf devraient apporter un début de réponse. Une seule certitude pour l’instant : le secteur de la construction est extrêmement fragilisé et la situation inquiète les professionnels du logement.

Posté le 03/05/2013