1er semestre 2013 : le logement neuf progresse timidement

logement neuf
Le dernier Observatoire de la FPI montre une amélioration du neuf
 
Alors que le volume des ventes de logements était en baisse depuis 2 ans, la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI) constate une très légère hausse des ventes de logements neufs. Une amélioration timide, mais bien réelle, qui ne doit pas faire oublier que le marché du logement neuf reste très fragilisé et bien en deçà des années précédentes.
 
Après 8 trimestres de baisses consécutives, une augmentation des ventes de logements neufs est inespérée. Cette amélioration reste toutefois très discutable, compte tenu du contexte difficile que traverse le secteur de l’immobilier. Malgré ce léger frémissement des ventes au 2e trimestre 2013, la Fédération des Promoteurs Immobiliers appelle le gouvernement à prendre des mesures pour faire baisser les prix et relancer la construction.
 
Une hausse de 4,1 % des ventes de logements neufs
 
Par rapport au 2e trimestre 2012, l’Observatoire de la FPI enregistre une hausse des ventes de logements neufs de 1 546 unités au 2e trimestre 2013. Sur une durée de 6 mois, cette hausse est également notable, bien que très faible : les ventes au détail ont augmenté de 4,1 % au 1er semestre 2013 par rapport au 1er semestre 2012.
 
Cette évolution s’explique par le retour des investisseurs privés, restés très attentistes depuis début 2012 et motivés par des taux de crédit historiquement bas et une meilleure compréhension du dispositif Duflot .
 
Attention toutefois à ne pas tirer de conclusions hâtives de cette timide amélioration du seul logement neuf : en moyenne, le 1er semestre 2013 enregistre une baisse des ventes de 2,1 % par rapport au 1er semestre 2012.
 
Des prix relativement stables
 
Par rapport au 1er trimestre 2013, le prix des logements neufs a diminué de 2,3 % au 2e trimestre. Pourtant, cette baisse depuis 3 mois doit être relativisée : sur les 18 derniers mois, les prix sont restés relativement stables.
 
Une résistance des prix que la FPI explique par «l’inélasticité des prix de vente à la baisse tant que des mesures fortes de simplification des règles et les conditions d’un véritable choc foncier n’auront pas été décidées pour faire baisser le prix des logements». 
 
Un recul des mises en vente
 
Au 1er semestre 2013, seulement 37 766 logements ont été mis sur le marché : un chiffre en très forte baisse (-22,4 %) par rapport au 1er semestre 2012, qui inquiète les promoteurs immobiliers.
 
La FPI rappelle que l’offre commerciale est restée «assez stable depuis mi-2012», avec une durée de commercialisation de 13,8 mois. Elle soulève toutefois le fait que 44 % de cette offre est constituée de logements en projet (vendus sur plan), qui risquent de ne pas voir le jour si au moins 50 % du programme immobilier ne sont pas précommercialisés.
 
Pour la FPI, il est très probable que cette amélioration soit éphémère, surtout avec les taux d’intérêts qui ont commencé à augmenter. Pour François Payelle, président de la FPI, «le déblocage du marché est plus que jamais dans les mains du gouvernement : cela implique un contexte législatif et fiscal stabilisé et moins pesant […], pour relancer la construction et faire baisser les prix de vente».
 

Posté le 02/10/2013