L'ENSEMBLE DES MESURES EN FAVEUR DU LOGEMENT VA DANS LE BON SENS

Philippe Plaza est le directeur général d'Eiffage Immobilier, constructeur promoteur de programmes dans toute la France. Il appelle à une confiance mutuelle et à un « brin d'optimisme » : le secteur de la construction est prêt pour se redresser.

La construction est en crise. Pourtant, le groupe Eiffage maintient une bonne performance. Quelle est votre recette ?

Philippe Plaza : Chez Eiffage Immobilier, nous n'aimons pas beaucoup le mot « crise », qui peut cacher trop de choses. Nous tenons compte du marché et de ses évolutions qui, dans notre secteur, sont liées à de nombreux paramètres, pour définir une stratégie de développement par ligne de produits immobiliers et par secteur géographique. Notre modèle de constructeur promoteur national est rassurant pour nos clients et pour les collectivités. Ils savent pouvoir s'appuyer sur notre groupe, Eiffage s'inscrivant dans la durée et respectant ses engagements. Notre crédibilité nous assure une écoute attentive et permet actuellement un bon déploiement de nos activités immobilières.



Quel est votre projet phare ?

P.P.  : Si je ne devais citer qu'un projet, ce serait l'écoquartier Allar, à Marseille. Il s'agit d'un nouveau quartier mixte (bureaux, hôtels, commerces, logements) dont les travaux ont démarré. D'une architecture méditerranéenne, cet ensemble a été conçu et sera réalisé sur la base des principes de notre laboratoire environnement Phosphore, qui place très haut les exigences pour ce chantier emblématique.



Que pensez-vous de la réforme annoncée du PTZ ?

P.P.  : L'ensemble des mesures en faveur du logement va dans le bon sens, et notamment l'élargissement du PTZ, qui ouvre des possibilités à une nouvelle clientèle. Néanmoins, pour que le système fonctionne, il faudra que la profession réussisse à réduire progressivement ses prix de vente, qui ne sont plus en adéquation avec le pouvoir d'achat des ménages. Cela peut se faire par une baisse du prix des terrains, une simplification des normes de construction, mais aussi par des coûts de commercialisation maîtrisés, sans perdre de vue un objectif de performance énergétique élevé et une créativité architecturale, gages de qualité et de pérennité de nos ouvrages. Avec nos partenaires - banquiers, architectes, conseil -, nous comptons sur l'appui des collectivités territoriales qui maîtrisent l'urbanisme de leurs cités.



Le dispositif Pinel pourra-t-il infléchir la tendance ?

P.P.  : Le dispositif Pinel est une opportunité de communiquer sur l'intérêt d'investir dans l'immobilier locatif, car rares sont les mesures qui permettent de réduire significativement les impôts. Fort de taux bancaires qui n'ont jamais été aussi bas, le placement immobilier devient extrêmement attractif par rapport à d'autres placements, surtout si les prix sont raisonnables.



Que pensez-vous des cinquante mesures annoncées pour simplifier les normes de construction ?

P.P.  : Nous souffrons d'une inflation incroyable de normes et de procédures. Cette simplification est un bon signal qui n'aura cependant de répercussions sur les prix que dans un an ou deux. Mais il faut bien commencer un jour ! Il est important que les acteurs publics et privés prennent conscience que cette accumulation de règles, aussi justifiée soit-elle, rend l'acte de construire redoutablement complexe au détriment du volume nécessaire. Ce phénomène engendre de la rareté, qui est un facteur d'inflation, ce qui va à l'encontre de l'objectif. Plus de flexibilité et plus de confiance dans les maîtres d'ouvrage et les maîtres d'oeuvre ferait gagner en efficacité et, donc, participerait à une meilleure fluidité du marché.



A-t-on, aujourd'hui, de vraies raisons d'être plus optimiste et confiant en l'avenir ?

P.P.  : Les besoins en logements modernes et performants sont importants. Les pouvoirs publics sont conscients des blocages et mettent actuellement en place des dispositifs qui permettront d'accélérer la faisabilité de projets. Notre secteur s'est beaucoup professionnalisé ces dernières années et il s'est préparé aux défis de la transition énergétique. Il ne manque pas grand-chose pour réussir. Avec juste un peu plus de confiance les uns envers les autres et un brin d'optimisme raisonné, je suis sûr que nous retrouverons la capacité à produire des logements en volume nécessaire pour satisfaire les besoins de nos clients.

Philippe Plaza,
Directeur général d'Eiffage Immobilier



Son parcours.

1959 : naissance à Vichy.
1981 : diplômé de l'ESTP.
1982 : premier poste en Guadeloupe en tant que maître d'ouvrage délégué chez SCET International, filiale du groupe Caisse des Dépôts.
1984 : ingénieur études chez Bouygues Construction.
1986 : rentre chez Eiffage Construction en tant qu'ingénieur commercial.
1992 : arrive à la direction d'Eiffage Immobilier Auvergne, puis à celle de Centre-Est.
2006 : devient directeur d'Eiffage Immobilier Île-de-France.
2013 : devient directeur général d'Eiffage Immobilier


Posté le 20/10/2014