Logements neufs une situation alarmante

logement neuf
Immobilier : le neuf continue de plonger 
 
Les professionnels de l’immobilier sont unanimes : le logement neuf va mal. Et ce ne sont pas les derniers chiffres officiels qui viendront prouver le contraire. Augmentation des stocks, chute des mises en vente, hausse des prix et demande en baisse : l’immobilier du neuf traverse une crise violente et semble s’y enfoncer chaque jour un peu plus.
 
Faire construire 500 000 logements neufs par an au cours de son quinquennat : tel est l’objectif ambitieux que s’est fixé François Hollande. Malheureusement, 18 mois après son élection, les chiffres publiés par le ministère de l’Egalité des territoires et du Logement montrent que le but sera de plus en plus difficile à atteindre.
 

Effondrement des mises en vente

 
Après une légère reprise en début d’année qui avait redonné un peu d’espoir aux professionnels de la construction, le nombre des mises en vente est reparti à la baisse depuis la rentrée.
 
Fin septembre 2013, 102 800 logements avaient été mis en vente : un chiffre en baisse de -26,9 % par rapport au deuxième trimestre, et de -33 % par rapport à la même période en 2012.
 
Avec 20 400 unités, le nombre de réservations à la vente est lui aussi en légère baisse : -7,5 % par rapport au deuxième trimestre 2013 et -13,2 % sur un an. On note par ailleurs une forte progression (+17,7 %) du nombre d’annulations : à la fin du 3e trimestre, plus de 2 000 logements avaient été annulés, soit 10 % des réservations à la vente.
 

Des prix relativement stables

 
Les prix du neuf, s’ils restent plus élevés en moyenne que ceux de l’ancien (notamment en raison du coût de la construction), sont resté relativement stables en 2013.
 
Fin septembre, le prix des appartements neufs a augmenté de +1,4 % par rapport au trimestre précédent (à 3 900 € le mètre carré). En un an, cette augmentation est même de +1,7 %.
 
Pour les maisons, la tendance est un peu différente : avec une moyenne de 246 000 €, le prix des logements individuels a baissé de -1,5 % sur un an. Le délai d’écoulement des maisons (5 trimestres à fin septembre) est resté stable par rapport à 2012.
 

Baisse des mises en chantier

 
Alors qu’un demi million de logements neufs devraient être construits chaque année, les chiffres des mises en chantier montrent malheureusement que l’objectif fixé par le président est hors de portée. De novembre 2012 à octobre 2013, seuls 339 957 chantiers ont été commencés, soit une baisse de -9 %. Seul le secteur des logements en résidences (étudiants, seniors…) a connu une augmentation de plus de 20 % sur un an (avec 5 026 mises en chantier au 3e trimestre).
 
Et l’avenir se présente mal : le nombre de permis de construire – qui permet d’évaluer les futures mises en chantier – est également en forte baisse. Entre août et octobre, il a diminué de -23 % (à 101 989 unités).
 
Depuis plusieurs mois maintenant, le neuf traverse une crise qui semble s’installer dans la durée. Malgré tous les efforts faits par le gouvernement pour relancer ce secteur clef de l’économie, les Français continuent de plébisciter l’ancien et le secteur de la construction s’enfonce. Les professionnels sont de plus en plus inquiets et attendent de vraies mesures pour inverser la tendance.

Posté le 02/09/2015