Logement solidaire, une colocation pour une vie ordinaire

Les appartements partagés de l'association Lazare permettent à des personnes ayant des trajectoires de vie différentes de se rejoindre et de vivre ensemble. Tout simplement.
« Ce que nous offrons, c'est une vie très ordinaire, explique Étienne Villemain, fondateur de l'association Lazare. Des jeunes actifs et des personnes de la rue partagent leur quotidien. Mais le fait de rapprocher ces deux publics produit des choses incroyables, des rencontres magnifiques. On s'aperçoit que chacun a des trésors à donner et à recevoir. » Les personnes "accueillies" connaissent la précarité. Âgés de 25 à 35 ans, les "volontaires" s'engagent à se rendre disponibles au sein de l'habitation, en parallèle de leurs activités professionnelles et personnelles.

Retrouver la paix et l'équilibre.

La colocation solidaire repose également sur la présence, dans l'immeuble, d'une famille ou d'un couple, facteur d'équilibre pour les colocataires. Cette particularité permet de veiller au bon accompagnement de ses habitants et d'impulser des actions pour renforcer la dynamique collective. « La plupart des personnes ont connu des difficultés dans leur famille avec laquelle elles n'ont généralement plus de contact. Ici, elles ont l'impression de la retrouver, poursuit Étienne Villemain. Dans une famille, on ne se choisit pas sa mère, son père, son frère, sa soeur... Par contre, on choisit d'apprendre à se pardonner, à faire plaisir aux autres. Chez nous, les gens vivent une certaine paix et, au bout d'un moment, reprennent contact avec leur famille que beaucoup n'avaient pas vue depuis des années. »



Être attentif aux autres.

Les logements de l'association accueillent 6 à 8 personnes, de toutes générations, et proposent un espace personnel et une vie collective. « Il y a quelques règles destinées à vivre paisiblement : pas d'alcool, pas de drogue, pas de violence. Participation à l'entretien du lieu, aux courses, aux repas, à une soirée hebdomadaire. Chacun paie une petite contribution aux charges et doit être coresponsable, précise Étienne Villemain. En respectant ces quelques règles, on apprend à avoir une vie ordinaire et en même temps, assez extraordinaire car ces personnes ne se seraient jamais rencontrées en d'autres circonstances. La différence entre une colocation ordinaire et extraordinaire tient dans une feuille de papier à cigarette. L'amour se trouve dans les petites attentions. On suggère à nos résidents d'essayer d'avoir de la délicatesse les uns envers les autres. C'est ce qui rend heureux. »



Lutte contre le mal-logement, Logic-immo.com soutient Les Petites Pierres.

Au-delà d'un budget, Les Petites Pierres ont accompagné l'association Lazare dans un premier projet d'habitat partagé à Paris, puis à Angers et Nantes. L'automne dernier, elles ont soutenu un nouveau chantier à Angers consistant en deux colocations (six hommes et six femmes) et un appartement pour une famille qui assure la responsabilité du lieu et l'accompagnement des habitants. L'objectif de 14 000 euros - atteint - servira à financer les travaux de rénovation des salles de bains et sanitaires de la colocation des femmes. « Quand les gens donnent aux Petites Pierres, ils aident des personnes fragiles à se reconstruire, souligne Étienne Villemain. Car au-delà des 14 000 euros nécessaires à ce projet, les donateurs offrent la chance à des personnes de se remettre debout. Une enquête, menée dans l'ensemble de nos maisons, nous a permis de découvrir que 85 % des colocataires ont ensuite retrouvé un logement et, 41 % un emploi. C'est une première étape vers quelque chose de plus solide. »
Étienne Villemain, Fondateur Association Lazare



Pour en savoir plus.

Si vous aussi vous souhaitez apporter votre petite pierre à l'édifice et participer à de grands projets pour les plus démunis, rendez-vous sur : www.lespetitespierres.org


Posté le 03/10/2016