Quelle clim pour ma maison ?

Choisir sa clim

Il fait chaud, trop chaud, vous rêvez d'une maison fraîche même en plein mois d'août... Il n'est pas trop tard : installer la clim, ça peut être rapide ! Le point sur les systèmes existants, leur mode d'installation, et leur coût à l'installation et à l'usage.




Si vous voulez une solution "minute", efficace avant la fin de l'été, optez plutôt pour un système simple et pas cher : le climatiseur monobloc ou le split, un peu plus sophistiqué. Si vous songez à une installation plus compliquée, à mettre en œuvre pour l'été prochain, penchez-vous sur les systèmes réversibles, par pompes à chaleur, qui demandent un investissement mais sont plus économiques à l'usage.

Les climatiseurs

Afin de capter et de rejeter la chaleur à des températures variables, le climatiseur contient un fluide frigorigène. Ce fluide réagit comme de l'eau, avec un point d'ébullition et un point de condensation (la vapeur d'eau redevient liquide au contact d'une paroi froide). L'unité intérieure contient un évaporateur, qui va capter la chaleur de l'air au travers d'une batterie, et un ventilateur qui va faire circuler l'air et refroidir la pièce de façon homogène. L'unité extérieure contient le compresseur, le condenseur et le détendeur. Dans les systèmes réversibles,  l'unité intérieure est équipée d'une vanne d'inversion de cycle.

Le monobloc, comme son nom l'indique, ne comprend qu'une seule unité, à l'intérieur : c'est donc un appareil d'appoint, à installer dans une pièce pas trop grande, près d'une fenêtre pour pouvoir faire échapper l'air chaud à l'extérieur, en faisant simplement sortir par l'ouverture la gaine d'évacuation. Il peut être fixé dans le mur très simplement, encastré dans la fenêtre ou monté sur roulettes, pour pouvoir le déplacer d'une pièce à l'autre. Peu onéreux, on en trouve à partir de 200 euros.

Le split, plus performant et moins bruyant (le compresseur étant à l'extérieur) se compose de deux unités au moins - l'une à l'intérieur, l'autre à l'extérieur. Mais on peut aussi multiplier les unités intérieures – une par pièce, pour rafraîchir toute la maison. Comptez environ 500€ par unité, hors pose.

Comme le monobloc, il peut être sur roulettes, sur console (posé au sol ou encastré dans le mur) ou mural – c'est le plus répandu, à fixer en hauteur sur un mur.
A simple flux, il y a une seule sortie d'air, sur le dessus; à double flux, deux sorties, une sur le dessus, l'autre au niveau du sol.
Discrets, certains modèles peuvent se camoufler sous un faux plafond ou des combles, et ne laisser apparaître que leurs grilles d'aération. Dans la plupart des cas,  les gaines d'évacuation peuvent être camouflées. Les modèles à cassette, qui s'encastrent dans le plafond, permettent de mieux répartir la fraîcheur avec leurs multiples sorties d'air (une à quatre) et s'utilisent dans de grandes pièces (60 à 70m2).

Attention, le coût d'utilisation est assez élevé : un petit climatiseur portable de classe A et de puissance 2,5 kW, c'est en moyenne 15 centimes d’euros par heure sur la facture d’électricité : soit plus de 100 Euros pour un mois d’utilisation ! Même coût pour un ensemble multisplit de 5,8 kW et de classe énergie A+, mais il rafraîchira un espace beaucoup plus grand.

Les pompes à chaleur

D'abord prévues pour chauffer, elles sont aussi réversibles afin de rafraîchir les pièces. Leur installation est plus lourde et leur prix est plus élevé que celui d'un simple climatiseur, mais le coût à l'usage est plus économique et les fonctionnalités sont différentes. Comme les climatiseurs, elles peuvent s'associer à des convecteurs ventilant les pièces, mais la grande différence, c'est qu'elles utilisent de l'air ou de l'eau pour leurs circuits, et non du fluide frigorigène !
Les pompes Air/Air prennent simplement l'air à l'extérieur et le rejettent à l'extérieur, comme un climatiseur réversible. Leur installation est simple et il faut compter de 3000 à 10 000 euros environ, pour une centaine de mètres carrés.
Les pompes Air/Eau utilisent  l'air extérieur pour chauffer ou refroidir un circuit d'eau à l'intérieur de l'habitation : cela nécessite donc une installation hydraulique intérieure et un système de ventilo convecteur ou de planchers/plafonds rafraîchissants. Il faut compter  de 10 000 à 18 000 euros.
Les pompes à chaleur Eau/Eau, les plus performantes, utilisent côté extérieur la géothermie (verticale ou horizontale) ou l'eau de nappe phréatique, et côté intérieur un circuit d'eau pour chauffer et refroidir l'ensemble de l'habitation. Cela demande donc installation hydraulique intérieure complète, plus des forages ou un terrassement extérieur : il faut compter 15 à 30 000 euros.

Les plafonds ou planchers rafraichissants

Plus sophistiqués que de simples climatiseurs, ces systèmes peuvent être réversibles, chauffant la maison l'hiver, la rafraîchissant l'été. Ils permettent de disposer d'une grande surface thermique (ce qui induit des économies d'énergie) et apportent un bien-être total dans l'habitation, sans courants d'air, sans afflux de poussières. La fraîcheur se répartit rapidement, de manière silencieuse et invisible, sans requérir beaucoup d'énergie ni d'entretien; il n'y a aucun filtre à nettoyer !
Leur mécanisme repose sur le refroidissement d'un circuit d'eau, qui peut être alimenté par une pompe à chaleur. Leur installation suppose  des travaux assez lourds – mieux vaut les prévoir à la construction, ou lors d'un gros chantier de rénovation ! D'autant qu'ils vont de pair avec une excellente isolation. Et leur coût est élevé : comptez environ une centaine d'euros/m². Attention, leur puissance ne peut excéder 35 W par m², pour éviter la formation de condensation : c'est pourquoi on parle de systèmes "rafraîchissants" plutôt que de véritable climatisation.

BV

 

Posté le 05/09/2017