Faire construire sa maison neuve : les étapes

Faire construire sa maison neuve

Une maison, c'est un rêve personnel qui surgit de terre. Mais c'est aussi un projet technique, imposant une préparation détaillée, un plan de financement, un suivi attentif des travaux et du budget... pour que le rêve ne finisse jamais en cauchemar !

Première étape : trouver le terrain

Vous avez une idée précise de votre maison idéale ? Mettez-vous en quête du terrain qui offre la meilleure configuration pour ce projet. Pas question, par exemple, d'acquérir un terrain trop escarpé si vous voulez une maison de plain pied; et si vous rêvez d'une maison haute qui domine le panorama, vérifiez que vous aurez le droit de dépasser les voisins dans le lotissement convoité ! Le projet peut aussi prendre forme dans l'autre sens : vous avez un coup de foudre pour un joli terrain où coule une rivière... et vous décidez d'y bâtir une maison sur pilotis pour mieux profiter de la vue sur l'eau et éviter les soucis en cas de crue ! Dans tous les cas, il faut bien vérifier toutes les contraintes administratives du lieu, selon la ville et la zone dans lesquelles ils se situent. Faites aussi examiner la nature du sol par un professionnel, pour éviter les surprises désagréables engendrant des surcoûts importants : glissement de terrains, remontées capillaires, risques d'inondations... Un plan de prévention des risques naturels et technologiques devra de toutes façons accompagner l'acte de vente.

 

Deuxième  étape : arrêter le budget et trouver le financement

Au coût du terrain va s'ajouter le coût de la construction (conception, plans, matériaux, main d'oeuvre). Faites établir des devis précis par les entrepreneurs, avant de faire le tour des banques pour trouver le meilleur crédit : vous pouvez aussi, pour gagner du temps, faire appel à un courtier en prêt immobilier  qui négociera pour vous. Une fois votre financement obtenu auprès de la banque, inutile de faire débloquer la somme totale avant le commencement des travaux : vous pouvez au contraire  enchaîner plusieurs crédits, en veillant à ce que l'argent soit disponible avant chaque grande phase de travaux : ondations, gros œuvre, plomberie, électricité... De possibles économies sont en vu.

 

Troisième  étape : faire dessiner les plans et obtenir le permis

Pour préciser et dessiner le projet , faites appel à un professionnel : décrivez-lui vos attentes, vos priorités, votre façon de vivre, pour qu'il conçoive, au plus près de vos désirs,  la maison dans laquelle vous vous sentirez bien ! Il peut s'agir d'un promoteur constructeur, qui  a son propre architecte et ses propres modèles de maison, à personnaliser. Faire appel à votre propre architecte DPLG pour construire une maison unique est certes beaucoup plus coûteux... le prix du rêve !
A savoir, l'architecte est  obligatoire au-delà de 170 m2. Il peut aussi se charger d'obtenir votre permis de construire – la demande est à déposer à la mairie de la commune concernée, et la réponse intervient sous trois mois. Ne vous lancez jamais dans des travaux avant d'avoir obtenu ce précieux et indispensable sésame !

 

Quatrième étape : surveiller les travaux

Vous pouvez faire appel à un maître d'œuvre ou à un architecte pour superviser et surveiller de près l'organisation, le déroulé et la qualité des travaux. Si votre maison est bâtie par un promoteur-constructeur,  il aura son propre maître d'œuvre;  si vous êtes votre propre entrepreneur, c'est à vous de le choisir... ou de décider de tout superviser vous-mêmes. Mais attention, c'est un lourd travail de gérer, choisir et coordonner les différents corps de métiers appelés à intervenir sur le chantier... et mieux vaut avoir des connaissances techniques ! Veillez aussi attentivement au respect du budget initial et à celui des délais. Faites appliquer les pénalités de retard qui sanctionnent les sous-traitants ne respectant pas les délais – veillez bien à ce qu'elles soient mentionnées dans le contrat initial.
Enfin, si vous êtes votre propre entrepreneur, pensez à faire assurer vos travaux : l'assurance "dommages" est de toutes façon obligatoire, elle vous couvre  pendant toute la durée des travaux, et dix ans après, contre tout vice de construction  (garantie décennale). Pour encore plus de sécurité, vous pouvez souscrire une assurance de "parfait achèvement" et de "bon fonctionnement" qui vous couvriront en cas de malfaçons avérées.

 

Dernière étape : la remise des clés

Avant de profiter de votre home sweet home, inspectez-le attentivement : la fin des travaux s'accompagne d'une réception des clés et de l'ouvrage. Tout ce qui n'est pas conforme au plan initial doit être noté, puis réparé ou dédommagé. Après quoi il ne vous restera plus qu'à pendre la crémaillère !

Posté le 27/06/2016