Ma sélection
Ma Sélection ()

Au Sud, toujours plus d'habitants et moins de logements !

sud de la France

L'Insee a publié en janvier les chiffres du dernier recensement annuel (2009-2014): nous sommes désormais près de 65 millions d'habitants en France... et de plus en plus nombreux à venir s'installer en-dessous de la Loire. L'avenir du marché immobilier serait-il au sud ?

 

L'attrait du soleil se confirme à chaque recensement : des villes comme Montpellier (qui devient 7e de France, doublant Strasbourg) Béziers, Ajaccio, Nîmes, sont en croissance rapide, tandis qu'au Nord, Dunkerque, Amiens, Metz, Nancy, Caen, Amiens, Troyes, Besançon ont pris la direction inverse. Certes, le trio de tête des villes les plus peuplées  reste bien évidemment Paris (2 229 621 habitants) Marseille (855 393 habitants) et Lyon (500 715). Pourtant, la capitale perd des habitants (-0,1%) allant à rebrousse-poil de la tendance nationale, puisque la population hexagonale affiche une progression de 0,5% entre l'année 2009 et 2014 – s'établissant désormais à 64.027.784 habitants. Même si le recul est limité, cela semble signifier que la capitale n'est plus terre d'accueil pour les nouveaux venus en Île-de-France, rebutés par sa cherté : la plupart des villes de banlieue, par contre, gagnent des habitants. Quant à l'attrait du sud, il se confirme surtout dans les grandes villes, métropoles régionales bien desservies, bien pourvues en infrastructures et transports... et qui étendent de plus en plus leurs constructions en périphérie pour faire face à l'afflux de nouveaux habitants !

Montpellier double Strasbourg

Avec 282 243 habitants selon l'Insee, Montpellier se hisse désormais de 7e rang français en terme de population, gagnant une place : "Le soleil et la mer ont fait la différence", selon Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg, doublée par sa rivale occitane.  Toulouse, 4e devant Nice avec 458 298 habitants, confirme son statut de capitale de la nouvelle région Occitanie. Celle-ci et la région Paca sont les deux seules en France à avoir deux villes sur le podium des dix les plus peuplées : Marseille en deuxième, Nice en cinquième pour PACA; Toulouse en quatrième, Montpellier en septième pour l'Occitanie.

Bordeaux, ville phare de la Nouvelle Aquitaine

Avec la fusion de l’Aquitaine, du Limousin et du Poitou-Charentes, la nouvelle Aquitaine se place désormais en 4ème place des grandes régions de France; elle compte désormais 5 879 144 habitants, soit près de 9% de la population nationale. Ce gain de près de 170.560 résidents n'est pas imputable à la démographie naturelle, (différence entre naissance et décès) mais au solde migratoire régional : il y a donc eu plus d'arrivées que de départs sur ce territoire. Ce qui confirme la nouvelle attractivité de Bordeaux, dopée par la nouvelle ligne TGV qui la met à 2 heures de Paris, et de son agglomération : + 1,3%, dont + 0,8% pour le centre-ville qui affiche désormais une population de 243 626 individus. La côte atlantique attire, et l'essor de la Nouvelle Aquitaine va de pair avec celui des Pays de Loire – Nantes maintenant sa sixième place (292 718 habitants).

De la côte atlantique au littoral, des villes en expansion

Les villes moyennes qui se hissent au top 10 sont logiquement les plus dynamiques en terme de logements, équipements publics, infrastructures et transports : tramways (extension de la ligne E à Strasbourg, future ligne 5 à Montpellier), piscine olympique, temples commerciaux (Rivetoile à Strasbourg, Atlantis à Nantes, Odysseum à Montpellier)... Elles attirent aussi beaucoup d'étudiants - 56 585 étudiants pour Nantes, 75 504 pour Montpellier, ou encore 60 770 pour Strasbourg. En conséquence, les prix des logements s'envolent (parmi les villes du top 10 les plus chères, Nice avec 3932 euros/m2 en moyenne, deuxième ville la plus chère de France après Paris, ou encore Bordeaux qui vient juste derrière avec 3735€/m2). Ces prix du foncier élevés obligent les ménages les moins aisés à se rabattre sur la deuxième ou troisième couronne des villes – d'autant que certaines, comme Montpellier (2658€/m2 en moyenne)  connaissent une véritable pénurie foncière.

Brigitte Valotto

 

 

Posté le 07/05/2018